7 février 2017

MaM miam ce food market rennais !

By Olivier Marie In Actus

« L’hiver, tout le monde va avoir froid… », «… Pfff, il va encore pleuvoir !.. », « on va se geler et puis il n’y a plus l’effet de surprise… » etc. L’édition d’hiver du Marché à Manger, food-market organisé chaque saison dans l’enceinte des Halles Centrales de Rennes, a donc pointé sa fraise un certain 29 janvier. Pari plus que risqué. Et ..? Et bien les Rennais ont montré que l’on pouvait se régaler et se retrouver, en extérieur, même au coeur de l’hiver. Il a donc plu, il a fait froid, mais le public est venu en masse, plusieurs milliers de personnes. Poussés par l’envie de se serrer, peut-être plus encore en ce moment, les amies contre les amis, les enfants contre les parents, les amoureu(x)ses contre leurs amoureu(x)ses… Poussés par l’envie de découvrir de nouveaux plats. Poussés par l’envie de retrouver chez soi ce que l’on a aimé ailleurs ? Oh, pas plus loin qu’outre Manche, dans cette capitale anglaise qui n’est pas forcément connue pour ses hivers secs et ses mois de Janvier ensoleillés… Prenons donc l’exemple de Broadway Market qui se déploie au milieu d’une rue, sans abris, ni tables, ni chaises. On y déguste des scotch eggs à même le trottoir, on emporte son brunch jalousement chez soi, on va croquer un burger vegétarien sur le bord de Regent’s canal… Bref, carpe diem on sunday ! Pas d’ambiance bobo à l’horizon, juste une ambiance de quartier où les commerçants jouent le jeu et ouvrent leurs portes, bien heureux de pouvoir bénéficier de cette affluence. La librairie fait le plein de curieux et d’acheteurs, le pub ne désemplit pas. Nul grincheux aux alentours.

Retour à Rennes. Ce 29 janvier, les food-trucks, qui ont l’itinérance dans le gasoil, avaient pris naturellement la route, de Brest, Lorient, Saint-Brieuc, pour converger vers Rennes. Une fois sur place, ces cuisiniers nomades ont régalé dans un bus à l‘impérial, une caravane relooquée, un Tube Citroën. L’occasion également d’un dernier baroud d’honneur pour le food-truck rennais Peal’s. Gros succès et joli bras d’honneur aux restaurateurs de la place qui ne cessent d’exercer un lobbying d’un autre âge pour faire refluer les food-trucks du centre ville. Peal’s a décroché des sourires aux Rennais là où ces mêmes restaurateurs les font parfois pleurer. Merci et bonne route à eux !

Et puis il y avait ces cuisiniers, installés sur ce parking des Halles Centrales qui ne demande qu’à disparaitre définitivement pour laisser place à la convivialité (ah, mais l’on me signale que des réticences, dignes des eighties rennaises, sont encore lourdement présentes. Les Barons installés défendent ce qu’ils estiment leur pré carré). Débarrassée des 40 voitures, la place s’est alors ouverte sur des trésors gourmands. « Sésame, ouvre toi ! » Les Petite Nature et leur fraîcheur désormais incontournable à Rennes. La Cantine des Atelier avec un Romain Joly qui, accompagné de sa joyeuse et éphémère équipe, ne semble pas mesurer l’envie qu’il suscite (ses hot-dogs et tartes maison ont été rapidement dévalisés). Il y avait là également les emballantes chinoiseries de Tanghulu, les désormais célèbres et succulents acras du Hibou (450 portions envoyées de main de maître !), les pastas de l’équipe de Il Toscano qui réconfortent petits et grands comme les desserts de Jérôme Jouadé du Château des Pères etc. Difficile de tous les citer (allez, si, on y va avec dans l’ordre, Léon le Cochon, Chawp-Shop, Aras, Seven, Les Darons, Philippe Bouvier, La Fromagée Jean-Yves Bordier et la Baroudeuse Culinaire, le Centre Culinaire Contemporain, Le Petit Verdot, Tea&Ty, Cafés Felix, Menzo Café & Déli, Skumenn, Pradenn, Histoires de Vins), mais ils ont largement répondu aux attentes gourmandes des Rennais qui mesurent ici la diversité et la qualité de leur gastronomie… sans concours ni trompettes. Et puis, cerise sur le gâteau, les 3 de Garçons s’il vous plait, programmés par Les Tombées de la Nuit, sont venus chanter aux oreilles de Rennais étonnés. Et lorsqu’ils se taisaient, c’est DJ Ajax Tow qui reprenait l’ambiance à son compte. Ah le mélange des genres, les passerelles lancées entre différents mondes !

Le Marché à Manger semble s’installer tranquillement dans le paysage gastronomique rennais. Malgré le froid, malgré la pluie, malgré les files d’attente, malgré le manque de place, malgré quelques rideaux baissés dans les Halles… Oh il y a encore beaucoup à faire ! A commencer par résoudre ce sempiternel reproche : « ils pourraient prévoir plus ! » Difficile de demander à une majorité de petites maisons de prévoir plus de portions. Chaque chef fait aujourd’hui au minimum 250, la majorité propose maintenant 450 portions, certains montent jusqu’à 1000 ! L’idée serait sûrement d’installer des chefs en face des food trucks, place Commeurec. Il faudrait également proposer des menus spécifiques pour les enfants, aller vers des gastronomies encore inexplorées, proposer des produits encore non travaillés… Le Marché à Manger doit rester convivial et populaire tout en étant créatif et en bouillonnement permanent. Ce sera encore le cas pour l’édition de printemps puisque le MaM s’offre un service du soir, de 17h00 à 23h00. Ce sera le dimanche 16 avril.

Olivier MARIE

Leave a Comment

MaM miam ce food market rennais !

par Olivier Marie temps de lecture : 4 min
0