8 mai 2013

Maître Cuisinier de Scorff

By Olivier Marie In Chefs/Tables

Laurent Le Berrigaud Roscoff - Olivier Marie - Gouts d'Ouest-12

Non pas que Laurent Le Berrigaud soit méconnu en Bretagne… Non, ce n’est pas ça. Plutôt mésestimé, pas franchement reconnu à sa juste valeur. Et pourtant, la franchise de l’homme, l’évolution de son assiette et l’environnement de son restaurant méritent que l’on s’y arrête.

Nous sommes donc à Pont-Scorff dans le Morbihan. Un zoo, des Princes ou l’inverse. Un théâtre et des saumons qui préfèrent aujourd’hui frayer ailleurs. Nous sommes dans le bas Pont-Scorff plus précisément, celui des ouvriers et des pauvres gens toisés par la bourgeoisie du «haut». Dans ce bas Pont-Scorff, où file justement ce Scorff, courant de Langoëlan à Lorient. Et là, sur la rive, le moulin des Princes (encore ces Polignac, décidément présents de haut en bas) flanqué de ses deux extensions sur pilotis. Un moulin devenu restaurant, celui de Laurent et Annaïck Le Berrigaud. Sincèrement, s’attabler aux beaux jours sur cette terrasse dominant le Scorff est un pur moment de bonheur. L’ambiance y est bucolique à souhait.

Depuis 4 ans, Laurent Le Berrigaud s’est recentré sur son affaire, sur son assiette. Il a travaillé ses producteurs (poissons des viviers de Quiberon, homard de Groix, huîtres de Bruno Nicolas, pigeons de Lemeur à Colpo, fromages de Bruno Royan, légumes de son jardin…), épuré ses plats, adouci ses cuissons, fermé son restaurant gastronomique à 25 couverts… Exit le bistrot à Saumon qu’il a tenu quelques années avant de reprendre sa liberté. «D’ailleurs, ne me parlez plus de saumon !» Ca tombe bien nous ne sommes pas là pour ça. Et ni pour la rosace de tomate ou le citron cannelé d’ailleurs. Non aujourd’hui le quadra étélois à la double nationalité franco-suisse envoie la tomate coeur de boeuf en cube avec sa glace à la moutarde ancienne, relève sa lotte subtilement cuite d’une sauce soja et de deux quenelles de chou-fleur et kumquat avec asperges croquantes. Le Saint-Pierre est servi en courgettes, basilic, citron, pastèque et anchois.

Il faut aller goûter la cuisine de ce Maître Cuisinier de France aux binocles lilliputiennes.  Opter pour ses menus de 45 à 55 €, piocher dans une carte faisant la part belle aux poissons, ou alors se faire plaisir et faire confiance non pas seulement au chef, mais également à Annaïck, sa femme sommelière, pour des accords mets-vins bien choisis.

Restaurant Laurent Le Berrigaud, Le Moulin des Princes – 56620 Pont-Scorff 

 

1 Comment
  1. GICQUEL 3 août 2013

    Mon meilleur souvenir culinaire…. Et pourtant, j’en ai écumé des restaurants… Un sacré paquet mais celui là…
    La cuisine magistrale, un accueil hors du commun. Des plats gourmands. tout est REELLEMENT fait maison ce qui devient extrêmement rare même dans certaines grandes tables réputées.
    Alors certes, ce n’est pas « donné » mais manger de la qualité et du travail ça coûte! Ceux qui préfère les tables « m’as tu vu » s’abstenir, ici, c’est pour les amateurs d’art culinaire! Un vrai plaisir du début à la fin!

    Reply

Leave a Comment

Maître Cuisinier de Scorff

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
1