16 octobre 2017

Oïshi Kata, les rues de Rennes c’est Osaka !

By Olivier Marie In Chefs/Tables

Voici l’une des adresses de street food les plus intéressantes de Rennes, par son assiette unique en ville et ses prix particulièrement attractifs. Mais comme Oïshi Kata est situé à l’écart des voies royales et tendances de la capitale bretonne, on ne connait pas suffisamment le restaurant de Martin Sesboüé. Et c’est bien dommage. 

Si par chance vous passez par là, ayez en tête qu’il faudra peut-être repartir avec votre plat sous le bras pour le déguster dans la rue Jean Guéhenno. Les places sont chères ici : 4 au comptoir face à la rue et 6 au comptoir face à la cuisine. Ambiance japonisante avec les couverts et les baguettes en libre service. Quelques (belles) pages du Gourmet Solitaire de Taniguchi en déco sur les murs, la tenue de l’équipe de baseball d’Osaka, des lampions en papier, une publicité japonaise imprimée sur un tissu… Une échoppe toute simple, à des années lumières des adresses tendances aux ambiances léchées et très étudiées. Mais pas si loin que ça des adresses d’Osaka. 

« En fait je me suis inspiré de ce que l’on mange dans le Kansaï et plus précisément à Osaka, où j’ai travaillé, » explique Martin Sesboüé. Oïshi Kata propose en effet deux grandes spécialités de la street food d’Osaka : takoyaki et okonomiyaki. Deux plats familiaux et incontournables de cette région du Japon que l’on retrouve également du côté d’Hiroshima, « mais avec des nouilles et en superpositions. » Ici rien de tel. Dans l’okonomiyaki d’Oïshi Kata, on va se régaler des légumes biologiques, chou chinois, oignons, carottes, mêlés à un appareil à crêpe mouillé au dashi et agrémenté, au choix, de poulpe, de volaille, de poitrine de porc ou de légumes. « Je cuis l’ensemble sur la plancha, une cuisson assez rapide, mi-cuite, avant de relever cette galette de sauce mayonnaise japonaise maison, de sauce okonomiyaki, de ciboule ou ciboulette, gingembre mariné au vinaigre de riz et bonite séchée de Concarneau . » Et le cuisinier de conclure : « c’est tout ce qu’il y a de plus simple. » Peut-être, mais lorsque l’on s’attaque aux premières bouchées, un léger rictus apparait aux commissures : plaisir. 

L’autre spécialité maison ce sont ces takoyaki, petites boules de pâte (appareil plus dilué qu’avec l’okonomiyaki) renfermant du poulpe, cuites dans un moule spécifique. « L’ensemble doit être légèrement grillé à l’extérieur et fondant à l’intérieur, » lance Martin Sesbouë qui connait cette cuisine pour l’avoir pratiquée une année au Japon, à Osaka justement, qu’il a rejoint après avoir voyagé en Amérique puis en Océanie. « Le Japon j’y suis vraiment allé pour la cuisine. Je savais que là-bas cela bouillonnait, que c’était la référence. » Et du coup aujourd’hui, pas question de se limiter aux seuls okonomiyakis et takoyakis. « En fait je propose un plat de la semaine. Je m’inspire des livres de cuisine familiale du Japon. » Nikujaga, tsukuné, ravioles gyozas, poulet teriyaki… enrichissent le panel gourmand d’Oïshi Kata. « J’aimerai proposer davantage de poisson également. Des fritures aussi, » ou encore des okonomiyaki… à la saucisse bretonne ! En attendant, on se régale et ce petit poulpe rouge, enseigne d’Oïshi Kata, devient rapidement un repère dans le cahier des bonnes adresses rennaises.

Oïshi Kata, 36 rue Jean Guéhenno, 35 000 Rennes. Tel. 02 99 36 32 46

 

Leave a Comment

Oïshi Kata, les rues de Rennes c’est Osaka !

par Olivier Marie temps de lecture : 3 min
0