9 janvier 2015

Ils seront à la une en 2015

Par In Actus

Quels événements vont rythmer l’année gastronomique bretonne ? Tout débute dès la fin du mois de janvier avec la parution (avancée) du guide Michelin… Voici quelques pistes.

De nouvelles étoiles
Cette année le guide Michelin a donc avancé sa parution à la fin du mois de janvier. Du coup, le milieu s’agite plus tôt que prévu. Les coups de fils s’enchainent, les pronostics vont bon train, radio casserole émet sur grandes ondes. A côté de l’agitation parisienne, l’Ouest apparait comme un long fleuve tranquille. Certains ont reçu le fameux courrier… Synonyme d’étoile à venir ? Rendez-vous dans quelques semaines.

25 ans de Tables & Saveurs de Bretagne
L’association phare de la gastronomie bretonne, rassemblant une quarantaine de chefs (soit étoilés soit auréolés de 3 toques au Gaut&Millau), fête cette année ses 25 ans. Nous devrions donc voir les membres de cette association occuper le devant de la scène lors de nombreuses manifestations tout au long de 2015.

Jean-Yves Guého et sa nouvelle maison
Les travaux ont débuté en 2014, 2015 devrait être l’année d’ouverture à Nantes du nouvel opus de Jean-Yves et Nathalie Guého, aujourd’hui encore à l’Atlantide. Une maison plus personnelle, conviviale avec ses nombreuses petites salles et quelques chambres. Une ouverture très attendue.

Le retour des Hénaff à Quimper
Frédérique et Lionel Hénaff, anciens étoilés quimpérois à La Roseraie de Bel Air devraient retrouver une maison à la mesure de leur talent. Le projet a fait beaucoup parler de lui en 2014 avec un recours original au crowdfunding. Il devrait se concrétiser fin 2015. C’est peu de dire que cet Allium est attendu…

Des ouvertures, des ouvertures !
Le chef étoilé de Aigue Marine à Tréguier vient de quitter la maison. Yoann Peron ouvre son établissement à Paimpol et l’on y sera en 2015. Nicolas Séjourné, ancien patron de l’excellent bistrot des Remparts à Vannes ouvre un nouveau restaurant sur Saint-Avé et l’on y sera aussi en 2015.

On ne peut pas non plus tout dévoiler, et 2015 apportera heureusement son lot de surprises. Des pistes ? une bistrologie rennaise, une sucrerie briochine, un trio breton sur petit écran etc. Mais chuuut…

 

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.
9 commentaires
  1. Guidet 22 janvier 2015

    A Quimper et non sur Quimper, à moins que les Hénaff ne se juchent sur le mont Frugy ou au sommet des flèches de Saint-Corentin.

    Répondre
  2. bref 24 janvier 2015

    si déjà vous pouviez nous donner le nom d’un bon d’ un vrai cuisinier, juste un, dans rennes ou aux abords immédiats, cela relèverait carrément du miracle

    Répondre
  3. Karine 26 janvier 2015

    Tout a fait d accord !
    Mais ou sont les bons resto a rennes !
    La cuisine en ce qu elle a de plus noble …. Le produit ! Tout simplement …

    Répondre
    • Olivier Marie 26 janvier 2015

      Bonjour
      Evidemment, je ne suis absolument pas d’accord avec vos affirmations. Comment peut-on dire qu’il n’existe pas de bons cuisiniers sur la place rennaise ? Des chefs qui cuisinent des produits de qualité, qui s’approvisionnent sur les marchés de la ville et des alentours, qui se font livrer par des maraichers et autres producteurs soucieux de cultiver des produits de qualité. Alors en vrac comme ça (mais sûrement n’avez-vous pas lu Goûts d’Ouest attentivement) Pierre Legrand à Aozen, David Etcheverry au Saison, Julien Lemarié chez Lecoq-Gadby, Sylvain Guillemot au Pont d’Acigné, Chris à l’Arsouille, Isabelle Liseron à Un Midi dans les Vignes, Vincent Riezou et Cyril Jambu dans leur Cook-Cook, Les Cuisiniers Ambulants si vous avez besoin de vous tourner vers un traiteur, les petits plats du Tire Bouchon, ceux canaille de Chez Paul… Voilà un éventail assez large à tous les prix. Je connais ces gens, je sais les produits qu’ils proposent. Ils sont bons évidemment, il n’y a absolument aucun doute là-dessus. Je cite souvent les mêmes, on me le reproche, mais j’assume. Enfin, même si je n’adhère pas totalement à leurs cuisines, de nombreuses autres maisons sont soucieuses de la qualité de leurs assiettes et font leur métier sérieusement.
      PS : je tiens par ailleurs à préciser que “Mr Bref” (apparemment un (ancien ?) professionnel du Morbihan) qui a laissé un message ci dessus est un habitué des critiques virulentes sur Goûts d’Ouest. Critiques que je ne relaye pas systématiquement puisque étant parfois trop agressives envers les personnes.

      Répondre
  4. bref 26 janvier 2015

    eh bien il feraient mieux dans ce cas d’afficher leurs menus qui varient au gré des saisons, , d’arrêter de nous énerver en étalant leur philosophie du métier, n’est pas Girardet ou Santini qui veut, et d’éviter les chichis (3 portées, voire 4 ou 5 quel snobisme , laissons ça à Piège chez Thoumieux)) , de crier tous leur amour aux petits cultivateurs qui leur apportent des carottes de chez carotte , de nous parler de leur balade sur les marchés authentiques…..je vous dis que ça….si encore ils faisaient bon! et quand je vois un plat de coquilles saint jacques aux graines de sésame (rien que ça!!) à 29 euros je crie au délire!…
    et pour moi, pour faire simple il n’y a pas de cuisinier niveau 2 macarons sur la place de rennes, comprenne qui voudra,

    Répondre
    • Olivier Marie 26 janvier 2015

      Ah oui, il semble que ceux qui évoquent leur philosophie du métier vous énervent… Parce qu’ils ne s’appellent pas Girardet ou Santini – AH c’était mieux avant hein ! – ils ne sont donc pas dignes, selon vous, de nous parler de leurs conceptions de la cuisine. C’est votre droit et vous l’avez déjà manifesté de façon virulente je le redis, sous d’autres pseudos (mais même adresse mail cachée et même adresse IP) à l’occasion d’autres papiers. Sachez que Goûts d’Ouest défendra toujours les chefs bretons qui nous donnent à manger le meilleur de la Bretagne et d’ailleurs. Ils ne m’énervent pas moi ces chefs lorsqu’ils nous expliquent d’où ils viennent, ce qu’ils cuisinent, avec qui et pourquoi. Il y a tellement de cuisiniers qui se foutent des producteurs, des marchés, des saisons, des carottes de chez carottes comme vous dites etc. qu’il me parait primordial de donner la parole à ceux qui donnent, au quotidien, le meilleur. Et pour finir, on avait bien compris que sur Rennes, tous les cuisiniers étaient mauvais. N’est-ce pas vous, aveuglé par un passé idéalisé, qui l’êtes… de mauvaise foi ?

      Répondre
  5. bref 26 janvier 2015

    qui aime bien chatie bien, et je n’ai jamais été professionnel dans la restauration, mais ce n’est pas ça qui va donner du talent aux cuisiniers! critiques virulentes, où???

    Répondre
    • bref 27 janvier 2015

      goût d’ouest plus musclé que la NSA, ça rassure! ce n’est pas qu’ils parlent de leur philosophie, qui m’agace, c’est qu’à chaque fois quasiment au mot près c’est le même discours, copier-collé, remarquez c’est normal ils font tous la même cuisine:! vaut mieux être de votre avis dites donc! alors un peu de sérieux et arrêtez de porter aux nues des percherons, ils ne remporterons jamais le prix d’amérique (j’ai des noms!)

      Répondre
  6. Coletpr 29 janvier 2015

    Un bon cuisinier à rennes ?!!! Y en a pas ??? He bien !une belle affirmation ,dénuée de tout sens si elle se limite au fait qu’ ils ont tous le même discours …. Manger goûter au lieu de blablater et vous verrez des cuisiniers y en a rennes !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ils seront à la une en 2015

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
9