24 mars 2011

La Bretagne à Paname

Par In Actus

Sortie du livre Une Table Ronde et des Etoiles

“Ils sont venus ils sont tous là, même ceux du sud de la Bretagne…” Qui ça “ils” ? Une belle vingtaine de chefs bretons représentants les meilleurs restaurants de l’ouest et répondant, comme un seul homme, à l’invitation “del papa” de la gastronomie française, Alain Ducasse himself. J’avais rencontré Alain Ducasse chez Lecoq-Gadby 3 semaines auparavant. On a causé cuisine bretonne et je lui ai présenté mon livre Une Table Ronde et des Etoiles rassemblant 31 portraits de chefs bretons et 124 recettes… Ni une ni deux, le chef le plus étoilé de la planète les a convié à un déjeuner en toute simplicité. Et je peux vous dire que la photo était belle. Là sous vos yeux, comptez 42 étoiles au guide Michelin, rien que ça (bon d’accord, à lui seul Ducasse en totalise 19…) ! Les sourires francs. Il y a les chefs bretons, Alain Ducasse et Jacques Maximin l’un des plus grands génies en son temps de la cuisine française. C’est même ce dernier qui a concocté le déjeuner pour les Bretons. “J’avais envie de vous recevoir dans mon restaurant à poisson, Le Rech, mais Maximin n’a pas voulu cuisiner du poisson pour des Bretons ! Allez-y mangez, je suis content de vous voir aujourd’hui,” leur a lancé Alain Ducasse, assis là, juste à ma droite.

Et dire que certains se demandent encore si l’on n’en fait pas trop avec la cuisine bretonne ? Si cette gastronomie bretonne n’est pas surcotée dans l’Hexagone ? Les Sylvain Guillemot, David Etcheverry, Luc Mobihan, Jean-Marie Baudic, Philippe Lelay, Jean-Paul Abadie, Rachel Gesbert… ont juste déplacé une équipe d’Envoyé Spécial, la rédac chef de VSD, des représentants du Figaro, de Régal, de France Bleu, une journaliste japonaise, un autre du magazine Etoiles etc.

Oui, les chefs bretons déplacent les foules. Oui la cuisine bretonne est capable de faire le buzz quant elle le souhaite. Et je vais même vous dire que c’est un peu dommage, face à un tel enthousiasme, de ne pas voir plus souvent ces talents sur Paris. Il en existe pourtant des associations de chefs bretons. Et je suis persuadé que les institutions régionales seraient prêtes à les aider pour se faire régulièrement les ambassadeurs gourmands de la Bretagne. Une petite Breizh touch’ culinair tous les ans, comme un rappel, comme une piquouze de beurre salé dans leur Seine, ça aurait de la (fine) gueule non ?

 

Olivier MARIE / Chronique parue dans Le Mensuel de Rennes et Le Mensuel du Golfe du Morbihan de décembre 2010

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Bretagne à Paname

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
0