29 mars 2013

Mickaël Tanguy arrive chez Baudic !

Par In Actus

Nicolas Baudic par Olivier Marie

EXCLU GOUTS D’OUEST / Voilà une bonne nouvelle pour la Bretagne gourmande. Tout le monde se demandait où était passé Mickaël Tanguy suite à son départ de l’Agapa où il avait été étoilé. Mickaël Tanguy revient dans la restauration et toujours dans les Côtes d’Armor, à Guingamp, dans le bistrot de Nicolas Baudic, le frère d’un certain Jean-Marie, Le Bon Sens. «Mickaël Tanguy va en effet nous rejoindre pour s’occuper de la cuisine, avec un ancien à lui, Romain Tertrais» dixit Nicolas Baudic. Une information confirmée par le principal intéressé. «C’est un challenge qui me plait bien, j’aime la philosophie de Nicolas Baudic et c’est ce que j’attendais.»

Et là, c’est une sacrée bonne nouvelle ! Car ce bistrot-cave est déjà terriblement excitant. Des vins (dont la moitié natures) bien choisis, un service de salle pertinent de Nicolas Baudic (en même temps, lorsque l’on est passé par l’école Passard et Gagnaire…), une déco tendance indus réchauffée d’un poêle scandinave ou de briques apparentes, et surtout une philosophie faisant défilé dans l’assiette des producteurs qui méritent notre attention (le maraicher Christophe Coligny, Jean-Yves Bordier, l’épicerie de Jean-Luc Bouzat évidemment…).

«Nous allons certainement monter un peu en gamme tout en conservant des menus d’appel… Et Mickaël va vraiment avoir une belle liberté. Quand il sera en place, il va pouvoir se lâcher et là…» Le regard pétillant et le sourire franc de Nicolas Baudic en dit long sur ce qui nous attend. Et ça c’est bon !

 

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.
1 commentaire
  1. guillo 3 mai 2013

    Une délicieuse nouvelle.

    Répondre

Répondre à guillo Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mickaël Tanguy arrive chez Baudic !

par Olivier Marie temps de lecture : 1 min
1