24 septembre 2014

Poisson d’Avril au Guil’

Par In Actus

poisson d'Avril-2

On sent une réelle envie de bien faire dans ce petit restaurant de bord de mer. Ah oui la mer… commençons donc par là avant de nous pencher sur l’assiette. Relevons le nez et profitons de la vue ! Une terrasse, une baie vitrée, le balcon de 4 chambres avec vue imprenable sur la sortie du port du Guilvinec. On peut y rester des heures, sans se lasser du défilé des bateaux de pêche. Mais ce n’est pas tout. Poisson d’Avril fait partie, avec le Rabelais non loin de là (et bientôt dans Gouts d’Ouest), de ces adresses qui intriguent favorablement sur Le Guilvinec.

Ici les poissons n’ont pas bien loin pour passer du pont du bateau au fourneau. Une rue à traverser, ils viennent en effet des mareyeurs installés juste en face. « Je me fournis généralement aux Pêcheries de Cornouaille, nous explique Pierre de Parscau, le jeune chef propriétaire de 30 ans, avec sa femme Anne-Solenne Crenn. Je passe là-bas à 9h30 prendre le poisson que je travaille le midi et si j’ai besoin d’un réassort, j’y retourne. Nous nous connaissons parfaitement bien, alors ils me mettent ce qu’ils ont de mieux, même si ce n’est pas essentiellement du ligne. »

Le poisson reste la grande affaire de cette ancienne maison de Jules Furic reprise en 2011 par les jeunes restaurateurs. Pour le vérifier attardons-nous sur ces makis de maquereaux. Cuits au sel, les maquereaux sont marinés avec des zestes d’orange, de citron, des graines de cumin, du piment d’Espelette… « Une fois cuit, je le roule comme un maki dans un poireau blanchi à l’anglaise, avec un péquillos. » Sur l’assiette, ces makis sont relevés d’un mélange wakamé dulce pour donner de la mâche, d’une quenelle de rillettes de maquereaux et d’une eau de tomate, céleri branche et citron « pour se rincer la bouche. »

Pour autant, cet ancien de chez Alain Llorca et Benoît Bordier ne se contente pas de travailler la mer. « L’incontournable filet de boeuf pour les locaux, » sourit-il, mais également la poitrine entière de cochon, désossée et lentement confite au four. Et même si tout n’est pas encore mis en place, notamment sur les légumes – « j’attends de me poser davantage pour aller démarcher les producteurs, » précise Pierre De Parscau – on sent une réelle envie de bien faire dans ce Poisson d’Avril. Les pains et les glaces sont maison et la carte des vins est particulièrement soignée. Cerise sur le gâteau, le second de cuisine n’est autre que Gaëtan, ancien de chez Jean-Marie Baudic et longtemps second de Loïc Le Bail à Roscoff. Que du bon quoi.

Le Poisson d’Avril19 rue de Men Meur, 29730 Le Guilvinec – Tel. 02 98 58 23 83
Formules déjeuner du mardi au vendredi / 14 € (plat du jour), 16 € (Entrée/Plat ou Plat/Dessert) et 18 € menu complet.
Menus à 29, 38, 42 et 49 € pour le menu dégustation.

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Poisson d’Avril au Guil’

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
0