24 mars 2011

Slow Food so speed en Bretagne

Par In Actus

Il y a donc du nouveau en Bretagne côté Slow Food ce mouvement du bien manger bien vivre tout simplement fondé par Carlo Pétrini. L’idée ? Reprenons le texte du bulletin d’adhésion (ici) qu’on déjà signé plus de 100 000 citoyens de 132 pays : “Bon, Propre et Juste ? Pour reconnaître une nourriture qui soit goûteuse, fraîche de saison… Produite sans porter atteinte aux ressources de la terre, aux écosystèmes et à l’environnement et dans mettre en danger la santé des hommes… Respectueuse de la justice sociale (…)permettant des prix, des rémunérations et des conditions de travail équitables…” Bref, enthousiasmant et pas si utopique que ça.

Pour bien comprendre le fonctionnement de Slow Food, il faut préciser qu’il se structure en conviviums. Ces assemblées vont initier des actions, réfléchir et soutenir toutes les productions locales bonnes, propres et justes. Et en particulier les Sentinelles, programmes destinés à sauvegarder des espèces en voie de disparition ou de raréfaction, en accompagnant les producteurs. “Nous ne sommes pas là pour créer des écomusées même si nous n’avons rien contre les écomusées. Il faut trouver des réalités économiques derrière certaines productions ! Mon travail en tant que producteur, c’est que le plus de gens possible goûtent mon cidre, confie à Goûts d’Ouest le cidrier Loïc Berthelot, Coat Albret et membre du convivium Rennes Haut Gallo. Il faut resituer les choses dans la société. Quel est mon rôle sociétal en tant que producteur ? Voilà le plus important selon moi et nous avons cette approche avec Slow Food. Il faut aller bien au delà du bio/pas bio. Slow Food nous propose d’être davantage en prise avec la culture et le patrimoine. Dans ces conviviums nous devons créer une communauté de goût avec l’ensemble des personnes sensibilisées. Vous savez si les gens retournent aujourd’hui dans leurs cuisine c’est aussi parce qu’ils veulent de la qualité dans l’assiette.” L’idée est de se montrer sur les salons, dans les festivals, monter des ateliers du goût… “Nous devons également sensibiliser les jeunes. Il serait temps que le goût soit considéré dans les lycées comme une matière à part entière !”

Les Choux Marins

En Bretagne, des conviviums existaient depuis quelques temps déjà, Les Ptits Beurrés Nantais et Rennes Haut Gallo. Le premier étant plus actif ces dernières années que le premier, un peu assoupi dixit quelques uns de ses membres. Aujourd’hui, avec notamment l’élan impulsé par la Région (et au passage une enveloppe de 120 K€), de nouveaux conviviums se créent et les initiatives vont bon train. Un nouveau convivium vient de voir le jour à Lorient, les Choux Marins. Présidé par Arnaud Beauvais, ce nouveau convivium sera d’ores et déjà présent pour des ateliers du goût au salon Terre ! qui aura lieu à Lorient les 19 et 20 mars prochain. A Rennes, une assemblée générale prochaine devrait impulser un nouvel élan à la structure Rennes Haut Gallo. En Finistère, un convivium serait sur le point de se créer, de même que dans le Trégor.

Quid des Sentinelles en Bretagne ? Il en existe une autour de la vache Pie Noire et l’on parle d’une Sentinelle autour de ce fameux chou de Lorient justement, d’une autre pour l’huître de pleine mer, le porc blanc de Brest ou encore le gwell ? A voir. En tout cas, que de bonnes nouvelles. A suivre avec intérêt !

A suivre sur Terra Breizh

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Slow Food so speed en Bretagne

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
0