17 octobre 2014

Chez Crouzil… et Pierre

Par In Chefs/Tables

 

Crouzil - Olivier MARIE-3-2

C’est l’heure du renouveau pour la maison Crouzil à Plancoët (22). On avait quitté Maxime Crouzil, Pierre-Alexandre Thomas et toute leur équipe au bord de l’épuisement et du renoncement le 7 février dernier. Leur restaurant était alors inondé. C’était sans compter sur leur volonté farouche de rouvrir cette maison charismatique de la gastronomie bretonne.
Neuf mois plus tard, on peut vraiment dire que l’on n’est pas déçu du résultat. La maison Crouzil se prend une claque. Métamorphosée, elle est désormais totalement ouverte « pour aller chercher la lumière naturelle.” Les murs s’habillent ici de cuir blanc, dévoilent là leurs briques d’origines peintes en blanc. Le sol est noir, une grande baie vitrée type véranda contemporaine fait le lien avec la cuisine, l’acoustique et l’éclairage ont été revus… On tranche dans le vif pour la décoration comme pour le fonctionnement… Allez, bye bye le bistrot ! « Nous consacrons entièrement la maison à la gourmandise. On veut que Chez Crouzil devienne l’incontournable du coin, the place to be comme on dit. » Pour le bistrot, il faudra désormais pousser jusqu’au golf de Pléneuf Val André (voir encadré). « Mais ne pensez pas que l’on se coupe d’une certaine clientèle. Au contraire, nous attaquons un premier menu autour de 20/25 € au déjeuner. »

Crouzil - Olivier MARIE-2-2

Un coup de balai synonyme de simplification. Plus de carte, mais « trois menus en plus du déjeuner. 30, 60 et 90 € avec possibilité de prendre chaque plat à la carte. Nous voulons simplifier mais également coller le plus possible à la fraicheur des produits. Et proposer de belles choses lorsque nous touchons de beaux produits le jour même ! » Là encore, Chez Crouzil change de braquet et se tourne davantage vers ses producteurs locaux. « Cela va être le cas pour les volailles, les légumes et les fromages, » précise Maxime Crouzil qui, au passage, s’offre la cuisine de ses rêves. « Pour le reste, je poursuis ma collaboration avec les viviers de La Varde, » histoire de continuer à servir le classique homard flambé au lambig, les Saint-Jacques verjus… « Nous les conservons pour ne pas perdre notre clientèle fidèle qui a besoin de repères. » Elle ne devrait pas non plus être trop perdue en salle « où nous allons remettre quelques meubles traditionnels. »

En salle justement, les 20 nouvelles tables blanches font leur entrée débarrassées de leurs jupons mais toujours habillées de leurs nappes, « symbole d’élégance » dixit Pierre. Les flambages, découpes de saumon, de jambons, préparation des crêpes suzettes… sont plus que jamais d’actualité. « Du beau produit, une belle carte des vins, une large gamme de Champagnes, du service… nous voulons vraiment donner une belle idée de la gourmandise. C’est le plaisir et le confort avant toute chose. »
Maxime Crouzil et Pierre Alexandre Thomas racontent ici, comme jamais encore, leur propre histoire d’amitié. D’ailleurs nous n’en avons pas encore parlé dans ce papier, mais il parait que Jean-Pierre Crouzil est ravi ! (Ré)Ouverture le 4 novembre.

 

Crouzil se met au golf…

Crouzil - Olivier MARIE-8
Maxime Crouzil et son associé Pierre-Alexandre Thomas inscrivent le nom Crouzil sur le club house du golf de Pleneuf Val André. « Au bout de 2 à 3 semaines d’inactivité à gamberger, un ami nous a parlé de ce restaurant du golf de Pléneuf. Ouverts depuis le 1er mai dernier, nous avons l’exclusivité des activités restauration et traiteur dans l’un des plus beaux golf de Bretagne, pour une clientèle golfique, de passage et notre clientèle d’habitués aussi. L’idée est de produire les plats chauds à Plancoët, portionner en sous-vide et, sur place, travailler uniquement les entrées froides et l’incontournable pièce de boeuf frites. Nous proposons 2 plats, 2 entrées, 2 desserts. » Des persillades d’escargots, du veau marengo, du bar beurre blanc…

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.
2 commentaires
  1. hellio 25 octobre 2014

    Je trouve cela tellement extraordinaire Bravo!!!! à Maxime , pierre et à toute la famille, au passage magnifique écriture d’olivier.

    Répondre
  2. Sophie Aumont 29 octobre 2014

    Oui, Bravo les gars ! Compliments….et très à bientôt.
    Sophie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chez Crouzil… et Pierre

par Olivier Marie temps de lecture : 3 min
2