6 avril 2011

Eh Laurent Bacquer ! Et si vous étiez…

Par In Chefs/Tables

Et si vous étiez un plat ?
Pas un plat mais un assemblage d’épices : la poudre Grande Caravane. Souvenir grandiose d’un agneau ainsi paré. Voyages assurés, que j’aurais aimé savoir déclencher.

Et si vous étiez un producteur ?
Le jardinier complice des chefs pour expérimenter et jouer sans cesse à l’apprenti sorcier avec le végétal au gré de leurs directives. Et avoir les mains dans la terre.

Et si vous étiez un souvenir gourmand d’enfance ?
Les crêpes « kraz » de ma grand mère Kertis crêpière, pliées au carré et beurrées directement sur la « bilig » J’en rêve encore !!! Et son « fricot prune » avec des pruneaux gorgés des sucs de la viande. Tout un concentré de Bretagne paysanne que l’on dévorait entre cousins dans le pen-ty de Kernostis après des bêtises mémorables, bien-sûr ignorées de Mémé !
Et si vous étiez une cuisine du futur ?
Encore plus locavore et responsable ! Avec des producteurs de plus en plus nombreux et des productions de plus en plus qualitatives et variées. J’espère que la cuisine du futur sera venue à bout de ce paradoxe qui veut que les urbains semblent aujourd’hui plus convaincus que les ruraux, que la nature, pourtant leur « milieu naturel », ne peut plus être trahie par l’Homme et que le choix de ce que l’on mange doit le dire.

Et si vous étiez un autre chef ?
Olivier Rollinger pour l’intelligence de son parcours de vie, son humilité et les souffrances dépassées.

Et si vous étiez une astuce ou un secret de chef en cuisine ?
L’envie, puis le travail, puis les voyages et les belles rencontres, parce que seul et casanier dans notre métier, on n’avance pas.

Et si vous étiez une région, un pays…. ?
La Bretagne. Avec la quarantaine le sentiment de mon enracinement breton est revenu en force. Plus jeune, je ne le vivais pas « dans les tripes ». Ça n’était pas pour moi ces « breizhouseries ». Aujourd’hui ma conscience l’a retrouvée et je me sens enrichi, nourri. Le slogan « Be Breizh » me va bien.

Et si vous étiez un personnage fictif ou réel ?
Je préfère le réel et Jean Michel Bayle, que seul les amateurs de moto cross connaissent, m’a fasciné par sa détermination et sa simplicité alors que sa réussite mondiale était éclatante et écrasante. A la réflexion, dans le fictif, je partage avec Nathalie Beauvais le rêve secret du pouvoir de Mary Poppins. De la rigueur et de l’efficacité pour un esprit totalement déjanté et joyeux ! La vraie harmonie quoi !

Et si vous étiez un art ?
La musique. Partir du silence, assembler des notes et parvenir à la mélodie qui transporte, m’a toujours paru de l’ordre du magique, presque du divin.

Et si vous étiez un client, qu’attendriez-vous d’une table gastronomique ?
Je sais plutôt ce que je n’attends pas : la prétention et l’arrogance. La gastronomie ne me semble pas un titre honorifique mais une promesse de partage. Et des façons de partager, il y en a de multiples. C’est la surprise et l’atmosphère qui colorent la mémoire d’un moment à table, pas des « codes ».

Si vous étiez vous ?
Impossible d’être quelqu’un d’ autre, ma femme ne m’aimerai pas. In-en-vi-sa-gea-ble.

Laurent Bacquer, L’éventail des Saveurs à Rostrenen (22)

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Eh Laurent Bacquer ! Et si vous étiez…

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
0