8 septembre 2011

La claque Roscanvec

Par In Chefs/Tables

Juillet dans cette vieille ville de Vannes. Une claque signée Roscanvec. Un dîner d’une grande subtilité. Des plats en harmonie. Des sensations remplies de fraîcheur. Des couleurs. Les premiers cèpes cuits en deux façons accompagnés d’amandes fraîches. Deux homards, l’un en transparence de navets l’autre relevé d’une sauce au vin rouge. Du bœuf revisité d’une purée de houmous et de girolles. Et ce dessert composé par François Demassard alliant fraise, sorbet basilic et pistache. Non, même pas une claque… un branlée comme rarement. Administrée avec le sourire de Sarah et de toute l’équipe en plus. Même pas mal ! On est du genre Jésus chez Goûts d’Ouest, on va tendre l’autre joue sans problème. Pour déguster, on déguste dans tous les sens du terme depuis mars 2006 dans cette maison de Roscanvec du 15ème siècle relooquée tendance contemporaine cosy.

Ah ils cachent bien leur jeu en cuisine. A les voir au premier abord derrière la petite vitre de leur petite cuisine, ces jeunes on l’air inquiets, anxieux même. Timides. Et pourtant ! Ces jeunes sont bourrés d’enthousiasme, pétillants, effrontés, impertinents en cuisine comme en salle où Sarah mobilise la totalité de ses 1.50 m pour vous faire plaisir. Jamais d’interdits pour cette jeune équipe du Roscanvec, notamment en cuisine où les influences arrivent de partout. Le foie gras poêlé par exemple se marie sans aucun soucis avec une crème de miso blanc, elle-même relevée de baies de sansho et raisins. Le yuzu parfume la langoustine, le sorbet curry thaï donne du peps à un bœuf anchois en tartare… Et ci et là de l’ail noir japonais, des pastillas de pigeons, du galanga etc. Et si la mer domine logiquement à deux pas du port de Vannes, avec un blanc de turbot beurre de crevettes grises pain d’épices et pommes de terre à l’estragon, une langouste pochée en saison, ou une lotte et coquillage, les viandes ne sont pas aux abonnés absents. Bertrand Théraud y livre son pigeon de Sainte-Anne d’Auray, la famille Mahéo ses légumes bios etc. De Bretagne et du monde à la fois, ainsi va la cuisine de Thierry Seychelles et David Kiburse.

Menus à : 25 / 30 € au déjeuner ; 43, 55, 65 € au dîner

Texte & Photos : Olivier MARIE – Tiré du livre Une table Ronde et des Étoiles – Ed. Planète Rêvée

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.
3 commentaires
  1. coupeau 24 septembre 2011

    Alors la tous a fait d’accord, 3 passages au “Roscanvec” où la cuisine de thierry m’a emerveillé, un grand jeune cuisinier plein d’avenir.

    Répondre
  2. mesnier 25 février 2013

    Nous gardons un trés bon souvenir de notre passage chez vous en juillet 2012 ; papi daniel bises à Sarha !

    Répondre
  3. Phiphi56 31 août 2013

    Quel plaisir de dîner a cette table vannetaise.
    Nous avons découvert le Roscanvec il y a 4 ans et Thierry nous étonne a chaque fois que nous y allons

    Optez pour le menu Hédoniste … Vous ne serez forcément pas déçus. Le chef décide pour vous et c est une succession de divines saveurs dans votre table

    Philippe de Folle Perdrix

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La claque Roscanvec

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
3