7 juin 2012

Le Galopin… avec vue sur mer

Par In Chefs/Tables

Pour tout dire, ce soir-là je revenais d’un enterrement et avais besoin de me retrouver sereinement, tristement, autour d’une table. En couple. Et surtout pas de têtes connues, pas de sourires forcés. Envie de classicisme, d’une adresse, pour moi, inconnue. Ce mardi soir, j’opte donc pour le Galopin qu’étrangement je n’avais encore jamais goûté. Ambiance brasserie parisienne, les sourires et l’accueil d’une belle gentillesse en plus… “Mettez-vous là, vous serez bien avec vue sur mer,” nous lance le maître d’hôtel en nous plaçant le long de la baie vitrée, vue sur le flot des passants de l’avenue Janvier. Ce fameux maître d’hôtel nommé Ar Furlukin, peintre et sculpteur es radis. Les clients se succèdent les uns après les autres, un père qui invite ses ados d’enfants, des hommes et femmes seuls en déplacement… Et nous en tête à tête cultivant notre spleen mis en bonnes conditions avant d’appréhender l’assiette.

Le service se met en branle petit à petit, toujours souriant, jamais gênant. Les assiettes arrivent. Œufs cocotte en trois saveurs truffe, foie gras et pata negra pour débuter. C’est joli, goûteux, rassurant avec les mouillettes croquantes. Une mise en bouche idéale avant de poursuivre par des ris de veau d’une belle croustillance. Je les imagine, dans la poêle en cuisine, nourris tranquillement au beurre comme il se doit. Tu as voulu du classicisme ? En voilà avec les petits fagots de haricots verts virtuellement noués par une lamelle de poivron rouge. J’aurais préféré que l’ensemble soit davantage resserré dans l’assiette, mais bon, c’est un détail. En dessert, une crème brûlée évidemment, car comment passer outre dans une brasserie digne de ce nom ? Parfaite, jouant sur les textures et les températures.

Cette table m’ a fait un bien fou. Ces hommes et ces femmes du Galopin peuvent être fiers de ce qu’ils proposent à leurs clients. Sans esbroufe, dans leur registre, mais avec une authentique envie de faire plaisir. Du bel ouvrage, de très bons professionnels. J’y reviendrai. Pas dans les mêmes conditions j’espère, mais plus joyeux, entre copains, histoire de goûter cette tête de veau ravigote ou cette pluma de Pata Negra.

Le Galopin, 21 avenue Janvier, 35000 Rennes. Tél. 02 99 31 55 96.

Menus à 18, 22, 26, 33 et 49 €

Papier paru dans Le Mensuel de Rennes / Le Mensuel du Golfe du Morbihan

 

Related Images:

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Galopin… avec vue sur mer

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
0