7 mai 2012

L’Ento, bistrot d’Antho

Par In Chefs/Tables

Restaurant Rennes / Il n’y a pas de terrasse à l’Entonnoir. Tout simplement parce qu’on n’y entre pas pour se faire voir mais bien pour se faire plaisir. Il n’y a pas de terrasse mais il y a ce long couloir débouchant, au fond à droite, sur ce qui pourrait être la maison d’un ami, une adresse qui nous a été chuchotée, l’entrée d’un estaminet réconfortant, une mise en bouche à la bistrologie. Quelques bouteilles de la cave nous mettent d’ailleurs dans l’ambiance avant même de découvrir les hommes et les femmes – Juliette et Lili Anne – de cet Entonnoir à la déco indus tendance brocante. Tiens, voilà le patron ! Anthony Martin, la casquette de titi vissée sur le crane, le tablier bien noué sur le bidon. Un vrai bistrotier dans l’âme, de formation sommelière, passé chez l’incontournable Marianne du Tire Bouchon voisin et évidemment ami. Le vin est une religion chez ce fils de restaurateur. Dans sa cave, les plus belles références des vins nature, avec, en tête de gondole, les Morgons de Marcel Lapierre, les vins de pays du Loir et Cher d’Olivier Lemasson, les Cheverny de Christian Venier, le Saint-Joseph d’Hervé Souhaut etc. “Ici on renoue avec l’idée même du bistrot qui était à l’origine un bar où l’on accompagnait les verres de quelques plats et non l’inverse.”

Les flacons sont rois mais ne règnent pas en maître. Et oui, l’assiette, les produits, la cuisine. Ici aussi l’Entonnoir fait la différence et se démarque. Pas de compromis. Les viande sont justes marquées, les poissons servis nacrés. Jamais de sur-cuissons et l’amateur d’à point et de bien cuit n’a qu’à passer son chemin. On peut parfois regretter ce parti pris qui peut paraitre ayatollesque, mais on ne peut que se féliciter de voir une table bretonne assumer sa philosophie du bon goût. D’autant que dans l’assiette, préparée par Cyrille Jambu, le plaisir et l’inédit sont toujours au rendez-vous. Vu et goûté récemment cet œuf baptisé sur la carte “50/66”. “Cuit 50 minutes à 66° et accompagné d’une crème de foie gras,” précise le patron fan des légumes de Vincent Bocel, des viandes de Denoual ou des fromages de Sébastien Balé proposés en fin de repas. Mais avant, on aura peut être opté pour un tartare de cœur de rumsteck taillé au couteau relevé d’anchois et accompagné de frites de céleri ! Ou pourquoi pas pour cette grosse queue de lotte du Guilvinec, vinaigrette d’étrilles et spaghetti de blettes. Et dire que vous vous posez encore la question de savoir où vous allez manger ce soir !

Papier paru dans Le Mensuel de Rennes / Le Mensuel du Golfe du Morbihan Mai 2012

L’Entonnoir, 4 rue St Guillaume, Rennes – Tel. 02 99 78 21 91

Formules de 12 à 18 € le midi et à 32 € le soir

 

Related Images:

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.
1 commentaire
  1. Gwen 14 avril 2013

    Bonjour,

    Je m’occupe du site internet du restaurant l’entonnoir et je vous informe que celui-ci vient de changer d’adresse internet et est accessible à l’adresse suivante : http://entonnoir-rennes.fr

    Vous pouvez le vérifier en vous connectant à l’ancienne adresse http://entonnoir.bistrot.free.fr, vous serez automatiquement redirigés vers la nouvelle adresse.

    Merci d’avance pour la modification.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Ento, bistrot d’Antho

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
1