22 octobre 2018

Les Bricoles peaufine sa cuisine

Par In Chefs/Tables

Le lieu est magique et dégage certainement l’une des plus belles atmosphères que l’on puisse ressentir dans les restaurants rennais. Parce qu’il a ce supplément d’âme, cette personnalité, ce patiné et ce vécu qui manque cruellement à d’autres. Oh, arrivant de Paris, les propriétaires auraient très bien pu raser l’ensemble et le confier à un décorateur à la mode… Mais non, lorsqu’ils reprennent l’ancien Café des Bricoles en 2016, Alexandra et Nicolas Potier ont l’intelligence d’épouser le lieu, façonné par l’ancienne propriétaire Perrine Taillefer, sans le dénaturer. Ils s’adaptent à lui, le repense par touches, et c’est d’ailleurs souvent ce qui arrive lorsque l’on tombe amoureux d’une maison, d’un restaurant. « Lorsque Nicolas a visité Le Café des Bricoles à l’époque, il m’a tout de suite appelé me demandant de venir rapidement. Il était sous le charme. » Alexandra se souvient parfaitement de ce coup de foudre. Et comment ressentir autre chose lorsque l’on pousse la porte des Bricoles ?

« Nicolas souhaitait que les clients se sentent accueillis par le bar. C’est donc un espace capital pour nous et nous l’avons d’ailleurs un peu modifié à notre arrivée. » Et c’est vrai qu’il est élégant ce bar avec son rayonnage bigarré, ses herbes attendant de relever le parfum d’un cocktail maison, ces whiskies, rhums, gins et autre Campari qui donneront les notes tourbées, vanillées, fruitées et bien évidemment l’amertume demandée par nos palais… Enveloppant le bar, la salle, en forme de L couché, dégage un charme suranné. Celui d’un appartement 19ème, encore habité par une vieille dame parisienne, rempli de délicieux souvenirs. Une cheminée garnie de contenants en verre dépareillés ; Quelques fleurs d’hortensias mariées à des branches d’eucalyptus ; Une dominante Art Déco teintée de contemporain ; De petites banquettes tapissées et, posés sur le rebord de la fenêtre, quelques siphons à eau de Seltz. Il en est un qui trône d’ailleurs sur le piano au repos. Nul doute que plus tard, dans la soirée, quelques doigts endiablés le feront chanter. Des bougies aux flammes vacillantes sur les tables et, au fond, la terrasse. En octobre on aurait tout de suite envie de la refuser, la reléguant à des périodes plus estivales. Mais non, cette terrasse feutrée sur plancher brut, nous réchauffe de ses coussins exotiques, de ses loupiotes et autres éclairages indirects.

En arrivant pour la première fois aux Bricoles on peut difficilement s’empêcher de faire le tour du propriétaire. Et une fois la « visite » achevée, on se dit naturellement que nous sommes en présence de propriétaires de bon goût. Alexandra et Nicolas Potier semblent se plaire à Rennes et ce plaisir transparait dans leur maison. Dans la décoration donc, mais aussi au travers la constitution de cette équipe de salle assez complémentaire avec « Flo » au bar, formé aux cocktails par Nicolas, et Julie en salle. N’ayant pas abandonné son travail de communicante, Alexandra rejoint quant à elle plutôt l’équipe les week-end.

Et la cuisine ?

Et puis il faut bien s’attabler, car, après tout, Les Bricoles n’est pas qu’un bar à cocktails, aussi délicieux soient-ils, mais bel et bien un bistrot ! Depuis plusieurs mois, c’est le patron him-self qui fait chanter le piano, celui de la cuisine tout du moins. « En fait il a dû remplacer en urgence notre ancien chef et, finalement, il s’y plait, » explique Alexandra en lançant un regard attentionné vers ce bout de cuisine que l’on découvre derrière le petit passe. Nicolas Potier est un homme de la salle, de l’accueil, pas un cuisinier de métier. Pourtant, c’est bien lui qui vient de dévoiler, en ce début d’automne, la nouvelle carte des Bricoles. « C’est la première fois que nous posons les choses en plus de nos propositions et de notre carte du midi. » Pour se rassurer en cuisine, Nicolas Potier a eu l’intelligence et l’humilité de s’entourer, en faisant appel à son ami, le chef Pierre Eon. « A l’image d’un consultant, » l’ancien candidat de Top Chef, qui s’apprête d’ailleurs à se lancer dans une nouvelle aventure rennaise, apporte sa rigueur et surtout des techniques « sur les sauces, les cuissons, les assaisonnements… Car même si nous souhaitons conserver une certaine simplicité dans l’assiette, j’avais besoin de ses conseils, » note Nicolas. Cette nouvelle carte est intéressante à découvrir. On y sent de belles intentions, de la gourmandise, du partage et surtout des plats en harmonie avec le lieu. Le Mont d’Or truffé dans lequel on va plonger une cuillère gourmande, tout comme l’oeuf parfait au chorizo, participent de ce renouveau, à l’instar de la côte de veau sauce morille et pommes dauphines, de la canette aux carottes ou surtout de ce carré de cochon cocos de Paimpol, truffe noire et jus de viande à partager dans un grand plat, même si une cocotte lui siérait davantage. Sur la carte des vins, les quelques propositions de « vins vivants » sont plus que les bienvenues !

Les Bricoles est aussi connu pour ses joyeuses soirées de fin de semaine. Certains clients – ceux venus le week-end pour le deuxième service par exemple – sont peut-être moins exigeants sur l’assiette, privilégiant l’ambiance à la cuisson de leur poisson. Alexandra et Nicolas pourraient s’en contenter. Il semblerait que ce ne soit pas le cas, et ça c’est une excellente nouvelle. Il se passe vraiment quelque chose aux Bricoles, qui, avec un tel environnement et une telle équipe, a tout à gagner à proposer une cuisine de qualité. 

Les Bricoles, 17, quai de la Prévalaye, 35000 Rennes – Tel. 02 99 67 23 75

Texte & Photos © Olivier Marie / Goûts d’Ouest

 

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les Bricoles peaufine sa cuisine

par Olivier Marie temps de lecture : 4 min
0