23 mars 2011

Une coupe pour le Guillevic !

Par In Producteurs

« Je ne compte plus les heures passées dans mon enfance à nettoyer les foudres… de l’intérieur ! Seuls les enfants pouvaient pénétrer par le trou, alors, au lieu d’aller jouer, je frottais… Ah ne me parlez plus de tonneaux en bois ! » Des coups à vous dégoûter du cidre ! Et pourtant, Didier Nicol est devenu cidrier à Surzur dans le Morbihan. Et heureusement qu’il n’a pas renoncé, tant ses pétillants, Cidres Bouchés de Rhuys, et autres jus de pommes égayent nos papilles.
« Nous avons toujours fait du cidre, depuis mon grand oncle, en 1928 ! » A cette époque justement, on buvait encore du Guillevic. « Le champagne breton ! »
Mais avec le temps, ce cidre fabriqué à partir d’une variété de pomme éponyme, s’évapore. Plus rien… ou presque. Jusqu’à ce que Didier et quelques autres décident de partir à sa recherche. « Nous avons collecté les souches de Guillevic existantes, les avons greffées, plantées, sélectionnées. »


Aujourd’hui une douzaine de producteurs et trois transformateurs produisent ce Guillevic que l’on retrouve en épicerie fine, chez les restaurateurs ou chez les cavistes. Toujours dans ce terroir sud ouest Morbihan. Comme sur cette parcelle située derrière l’exploitation. Cernées par des ruches, les allées de Guillevic profitent sereinement du climat. Au moment de la récolte en octobre, les pommes sont idéalement sucrées, gorgées de soleil. Didier ouvre une bouteille au cœur du verger. « Toujours dans une coupe ! » Les bulles s’élèvent, tout en finesse. D’une belle subtilité aromatique, légèrement acide, le Guillevic Nicol est féminin. « Et il ne titre que 3° d’alcool ! » Mais a-t-il besoin d’argument commercial ?

Goûts d’Ouest vous conseille d’aller également visiter la page Facebook de Thierry Cramet des cidres de Colpo

Toute la Bretagne pétille
De Cornouaille aux bords de Rance, de la ferme à la brasserie moderne, du tonneau à la cuve en inox, du restaurant étoilé à la grande surface… Partout en Bretagne (22% du verger à cidre national) le cidre breton pétille de joie et titille nos papilles. Elaboré à partir de variétés de pommes bretonnes, il a pour nom Raison, Val de Rance, Coat Albret, P’tit Fausset, Loisel, Séhedic etc. Plus actuel que jamais, dans ses flacons épurés ou tradition, le cidre connaît une seconde jeunesse dans les cafés et dans crêperies qui présentent d’étonnantes cartes de cidres plus pointues les unes que les autres. Ils sont tellement différents mais tous tellement bons ! Sachez que le doux légèrement sucré affiche un taux d’alcool inférieur à 3°. Le demi sec titre plus de 3°. Le brut, plus amer titre environ 4° d’alcool alors que le traditionnel est au delà. Il existe en Bretagne une IGP, un Label Rouge (le Guillevic) et une AOC pour les cidre de Cornouaille.

Écrit par Olivier Marie

Journaliste culinaire professionnel écumant les salles de restaurant et les cuisines de l'Ouest depuis plus de dix ans.
1 commentaire
  1. Cramet 21 juin 2011

    merci pour le lien vers ma page Facebook !

    Répondre

Répondre à Cramet Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Une coupe pour le Guillevic !

par Olivier Marie temps de lecture : 2 min
1